space space
spaceLogo
space
space space space space space space
space
space
space
English version
|
space
Laure Vigna space|space2010
|
|
space
space
space
space
space space space

space
space
Voir à travers, 2010, bois, 310 x 153 cm
space
space space
Palissades, 2008, bois, 150 x 80 cm et Monument aux sculptures mortes, 2008, béton, bois, matériaux divers, 140 x 115 x 57 cm
space
space
space
Laure Vigna modèle des territoires. Dans un désir d’ordre, elle tente de retrouver les lignes et les plans qui coordonnent et circonscrivent une étendue. La dimension spatiale est conçue comme un champ démesuré de limites. Cette approche paradoxale a pour sens de réguler et recomposer l’espace, de le soumettre à la contrainte.
Dans les premières œuvres, l’agencement d’éléments rudimentaires et l’élaboration de la distance entre les objets ont d’abord porté à la construction d’espaces originaux. Par la suite, la dislocation des assemblages et la recomposition des éléments dans des montages nouveaux fut menée dans une tentative d’appropriation de l’espace, de maîtrise de sa pluralité : l’espace ne se borne pas à une donnée abstraite, il est une pure donnée physique à laquelle Laure Vigna attribue une corporalité et des propriétés dynamiques.
Récemment rentrée d’un périple solitaire aux Etats-Unis, l’artiste propose aujourd’hui une interprétation renouvelée de la notion d’espace. L’expérience visuelle menée sur des routes sans bornes, le corps à corps éprouvé face aux montagnes de la Sierra Nevada, l’isolement ressenti dans l’immensité d’un désert sans âge... ont mis à l’épreuve l’artiste. De la construction de l’espace à sa dislocation, Laure Vigna tente désormais de le systématiser.
Pour elle, l’expérience du territoire n’est pas synonyme d’enracinement ou de sédentarisation. Il s’agit de retrouver la mesure de l’espace. L’artiste nous propose ainsi une expérience unique du lieu. Elle nous pousse à prendre de la hauteur sur l’espace physique qui nous entoure, à l’instar du cartographe. Mais si ce dernier se contente de relever des données géographiques grâce à un système codifié, Laure Vigna, elle, va jusqu’à représenter la structure interne de chacun des territoires qu’elle observe afin de retrouver l’ordre géométrique qui commande notre perception de l’espace vécu.


Myriam Metayer
space
Contact :
http://www.laurevigna.comlaurevigna@yahoo.fr
 
 
 
 
spacer

space