space space
spaceLogo
space
space space space space space space
space
space
space
English version
|
space
Olivier Gourvil space|space2004space|space2003
|
|
space
space
space
Expositions & catalogues | Multiples
space
space
space
space space space

space
space
Hendiadys, 2004 huile et acrylique sur toile, 200x250cm
space
space space
Exposition Le Quartier, 2003
space
space
space
« Olivier Gourvil est sans conteste l’heureux héritier du style en tant qu’idée reçue. Ainsi, les zigzags ne sont qu’un des motifs qu’il déploie pour tracer un itinéraire stylistique qui n’est plus seulement morphologique, mais aussi rhétorique. La toupie, la bulle et le ballon informent eux aussi la forme-en-tant-que-discours de ses tableaux - sans oublier que la "bulle" désigne aussi un procédé graphique accompagnant les personnages de bandes dessinées, dont elle constitue, précisément, le "discours". Ces bulles de bande dessinée délimitent ce qui tient lieu de pensée dans le domaine de la fiction visuelle. Elles représentent une soi-disant pensée et une soi-disant parole ne participant pas à l’espace pictural - en quelque sorte surajoutées, pas réellement formées, invisibles en tant que forme. Les bulles deviennent ainsi des éléments para-textuels, transposés dans un langage graphique. Dans ses abstractions picturales, Gourvil, observateur attentif du pop art et de ses implications, a réalisé le potentiel textuel de cet idiome graphique. Ses expositions réunissent des images peintes qui sont l’équivalent graphique d’idées reçues. Ipso présente le profil d’une sorte de toupie, sur fond décoratif de bandes de couleurs, proche du cliché. Dans Bulles, des dessins schématiques superposés évoquent une sorte de jabot ou de fraise entourant une bande noire centrale "percée" de trous. Dans Grandes Anacoluthes, tableau majeur, des lignes ondulantes créant des interférences et produisent une figure sur fond de plaid monochrome. Si les "anacoluthes" sont des discontinuités syntaxiques, ce tableau tient sans conteste la promesse de son titre !
L’univers de la culture visuelle est une source constante de gestes calligraphiques constituant des modèles graphiques codifiés, et Gourvil est visiblement un familier du spectre entier de ces motifs. De l’idiome moderne et de ses innombrables variantes disséminées dans l’art contemporain, Gourvil retient surtout l’aspect sémantique de cette culture visuelle. Il apprécie manifestement le grotesque post-pop de Carroll Dunham, qui lui-même s’inspire de l’imagerie tardive de Philip Guston en lui faisant subir une stylisation à la "pac man"(2). En fait, la plaisanterie est double : par dérivation, le style devient stylisation. Dans cette optique, la notion de style est aussi grotesque que celle de copie. A travers les créations stéréotypées de Guston ou de Dunham, la rage se déchaîne par des moyens picturaux propres à nous enchanter. Le sujet humain rigidifié est un trope familier du grotesque : nous tournons en ridicule la créature biologique devenue mécanique. Privilégiant cette qualité de rigidité, Gourvil la décline par des motifs quasi-abstraits - superposés de façon à créer des discontinuités visuelles. »

Texte de Marjorie Welish
extrait du catalogue ‘Olivier Gourvil’
2003, ed. Le Quartier, Quimper.
space
Contact : olivergo@magic.fr
 
 
 
 
spacer

space