space space
spaceLogo
space
space space space space space space
space
space
space
English version
|
space
Leslie Amine space|space2007space|space2006
|
|
space
space
space
space
space space space

space
space
Eden Garden, 2004 DNSEP, Erba Valence, carton, impressions numériques, collage, dessins, divers objets
space
space space

space
space
space
Lyon-Marseille via Cotonou, 2005-2006. D’une ville à l’autre, d’un continent vers l’autre, j’accumule des données provenant de l’espace urbain où une multitude de codes se côtoient et donnent une identité des lieux. Née et vivant en France, d’origine béninoise, " issue de l’immigration , le cul entre deux chaises, et des multiculturalités post-colonisés, étrangère ici, étrangère là-bas," autant de lieux communs que j’ai tenté de contourner, avant, dans ma recherche plastique, muette de cette provenance et maintenant dans cette exploration des deux mondes et des signes qui les composent. J’établis ma création en construisant des relations entre nos divers espaces de vie et rend compte de l’ailleurs ici, qui d’ailleurs naît qu’ici et des systèmes de résistance urbaine qui en émergent.
En pratiquant un archivage photographique des lieux traversés, je prend modèle et recompose. Les scènes que j’utilise sont liées à l’espace de la rue et du commerce, je choisis les "échoppes", marchés sauvages, commerces improvisés, les vitrines, les enseignes, les abondances d’objets. Je procède en décomposant l’image par le dessin qui sera dans l’installation ou prend la photographie telle quelle en jouant sur le format par l’impression numérique noir et blanc et par collage sur le mode de l’affiche. Je construis mes dispositifs en produisant un éclatement du sens de l’odre du chaos visuel. Des espaces de type scénique, de déambulation, dispositifs interactifs construits dans une logique d’économie des moyens, les matériaux qui les composent sont codifiés et identifiables, le carton, les sacs plastiques dits "d’immigrés", les chutes de bois, le papier de récupération, des objets du quotidien, sièges, allumettes, chariot, tout ceci ayant déjà servi.
Par diverses customisation, peinture, recouvrement par le papier, le carton, le collage et le découpage je forme d’autres sens et cherche à provoquer une perte de repères communs et culturels. Je lie le dessin, la photographie, la vidéo, utilisant les mots et les objets ; panneaux de signalisation, bouts d’affiches, objets laissés à l’abandon. Ma démarche questionne l’abondance des villes, les notions de travail, d’espace et d’identité, de langage, d’appartenance et d’apparence. Créant des espaces sans récit ni narration, qui pour le regardeur font une confusion dans la provenance, menant à une lecture sensible des dispositifs, de même que dans le voyage-déplacement, il s’agit de faire confiance à ses sens au risque de revenir " précipitamment bredouille" !*.
Les codes de la rue, liés aux espaces de vente sont vecteurs d’un échange mercantile que je métamorphose en lieux d’échange visuels, de mots, d’idées, de désirs et d’envies sucsitant un besoin d’exploration et une relecture de ces espaces que je définis comme "distributeur d’échange". Système de débrouille au quotidien, utilisant des matériaux basiques, dans un recyclage permanent, mon travail est régi par un système d’opposition et de complémentarité, ancrage, mobilité, espace privé, public, l’Afrique et l’Europe. Sud ? Nord ? Ubiquité, l’installation tend à offrir cette faculté d’être présent en plusieurs lieux à la fois, passer d’un endroit à l’autre rapidement, pour rendre visible une circulation entre diverses urbanités. Des quartiers chic, cheap, à caractère religieux, bricolé trop pas cher… à travers les palaces entre les places l’abondance est liquide. Le projet comme reflet de mon urbain actuel , mixage de lieux, exotisme omniprésent, comme une sorte de nomadisme, où il s’agit de trouver sa place, de prendre posture, de positionner l’acheteur-client-passant-visiteur comme touriste jouant le face à face avec le vendeur-confectionneur-producteur-artiste. Qui ? comme touriste faisant un tour sur la terre.

* "Précipitamment bredouille", formule extraite du texte de Kossi Effoui, dramaturge togolais, La fabrique de cérémonie, utilisé dans l’installation (vue ci-jointe) Eden Garden, 2004. Ce roman traite des thèmes de l’exotisme du voyage et du déracinement du protagoniste se situant entre deux cultures.
space
Contact :
www.leslieamine.fr
www.toutencours.fr
leslieamine2@yahoo.fr
 
 
 
 
spacer

space