space space
spaceLogo
space
space space space space space space
space
space
space
English version
|
space
space
space
< Retour |
space
space
space

« Aujourd’hui ils se font rares les lieux qui se jouent de la doxa. A première vue, la formule du Garage Hermétique n’a pourtant rien de sorcier. Au gré des rencontres, un plasticien est invité à parler de son travail, diapositives ou vidéos à l’appui, devant un auditoire plutôt restreint et spécialisé (professionnels de l’art, artistes, galeristes…). C’est même une vieille idée, issue d’une tradition très française. Très Siècle des lumières, en effet, que cette idée de cénacle, de salon où se retrouvent des gens liés par des préoccupations intellectuelles communes.

Nous sommes très loin de spéculations abstraites. L’artiste présente son travail, et qu’il donne à sa démarche une présentation analytique ou qu’il se contente simplement de la décrire, celle-ci constitue la matière première d’une réflexion menée en commun. La démarche de l’artiste invité est tournée dans tous les sens, nous ne cessons d’aller et venir autour de cette question : comment penser une pratique artistique dans le monde contemporain ?

Prenons ici le terme de communication dans son sens le plus favorable : échanges de points de vue, circulation des idées sur le mode de la réciprocité. Parce que l’espace de la parole est libre, sans hiérarchie, sans modérateur ni dépositaire, les discussions avancent par interrogations mutuelles. Et si le Garage Hermétique dispense du savoir, ce n’est cependant qu’à la marge. Ici nulle intention pédagogique, pas d’enseignement bien défini à retirer, seulement une façon pertinente, collective et singulière, d’interroger un travail artistique.

Bien sûr, les situations de conflits sont courantes. Mais il est rassurant, en période de consensus et de régression intellectuelle, qu’il existe encore des lieux où l’on continue de débattre. D’autant plus quand les motifs nous intéressent : questions d’éthique et d’esthétique. Si le Garage Hermétique était une émission de télé, il serait peut-être « Droit de réponse ». Ce qui signifie que dans la France de 2003, le Garage Hermétique n’a aucune chance d’en devenir une - à titre personnel je le déplore.

Soulignons pour finir la faiblesse du Garage Hermétique en matière de promotion. Qu’un artiste conçoive une intervention à des fins publicitaires, sans doute en reviendra-t-il déçu. Désolé, le Garage Hermétique ne fait pas vendre. »

Cyrille Martinez, Juin 2003





spacer

space